Qualcomm : bientôt au cœur d’une enquête antitrust européenne ?

Déjà pris à partie par la Chine pour abus de position dominante, le spécialiste des composants mobiles sans fil Qualcomm pourrait se retrouver au cœur d’une autre enquête du même genre, une enquête antitrust lancée par la Commission européenne.

Grâce à ses plateformes SnapDragon intégrant CPU, GPU, connectivité sans fil et modem, le spécialiste des composants mobiles sans fil Qualcomm est devenu incontournable sur le marché actuel de la mobilité. Cette position dominante dérange, à commencer par la Chine.

C’est ainsi que le groupe américain est au cœur d’une enquête de Pékin au sujet d’abus de position dominante, mais aussi pour son contrôle un peu trop restrictif au niveau des droits de licence demandés pour ses technologies, notamment sur la 4G.

Alors qu’une plainte formulée par la société Icera en 2010 auprès de la Commission européenne était restée sans suite, Reuters annonce que les instances européennes pourraient tout de même ouvrir une enquête, quatre ans après.

Désormais intégrée au groupe Nvidia, la société Icera s’était plainte à l’époque du comportement anticoncurrentiel de Qualcomm, une requête qui pourrait finalement être récupérée pour investiguer sur la question.

Coincée entre une enquête en Chine et une autre en Europe, la situation de Qualcomm pourrait devenir rapidement difficile à tenir surtout que le groupe américain doit également faire face à la montée en puissance de la concurrence, MediaTek en tête. Les ennuis de Qualcomm pourraient d’ailleurs être un véritable bras de levier pour l’entreprise taiwanaise.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSmartphones : le « kill switch » obligatoire aux États-Unis
Article suivantDropbox revoit ses tarifs à la baisse
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here