Avec la Quartz, Peugeot présente le concept d’un crossover sportif

Le prochain Mondial de l’Automobile de Paris sera l’occasion pour Peugeot de présenter sa Quartz, le concept d’un crossover sportif aux lignes spectaculaires.

Le Mondial de l’Automobile de Paris, qui se tiendra du 4 au 19 octobre prochain, sera l’occasion de découvrir la Quartz sur le stand Peugeot, le concept d’un nouveau crossover sportif.

Ce ne sont pas les 4,5 mètres de long ou les 2,06 mètres de large de la Quartz qui marquent les esprits, ce sont ses lignes spectaculaires rehaussées par des jantes aluminium de 23 pouces équipées de pneumatiques de 305 mm de large, son long capot avant, ou encore ses lignes sculptées recouvertes de teintes grises minérales et noir mat.

Si la Quartz en impose visuellement, il en va de même de l’habitacle auquel on accède par un marchepied escamotable électriquement et des portes à ouverture en élytre. Habillé de pierre de basalte, de textile obtenu par tissage numérique et de cuirs chinés noir et fauve, l’i-Cockpit offre des sièges baquets équipés de harnais quatre points au conducteur et à ses trois passagers.

Du côté de la motorisation, c’est Peugeot Sport qui s’est chargé de proposer un bloc 4 cylindres 1.6 litre THP 270 développant 170 ch/l, associés à deux motorisations électriques de 85 kW chacune, sur les trains avant et arrière du véhicule, une configuration qui offre trois modes de conduite pour exploiter les 500 ch disponibles (tout électrique, agrément de conduite ou puissance maximale).

Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’à l’ouverture du Mondial de l’Automobile de Paris pour découvrir cette Quartz, ou à admirer les premières photos.

nouveau-concept-peugeot-quartz-1-P

peugeot-quartz-1

peugeot-quartz-2

peugeot-quartz-3

peugeot-quartz-4

peugeot-quartz-5

peugeot-quartz-6

peugeot-quartz-7

peugeot-quartz-8

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRosetta – Philae : entre aubaine, risques et inconnues
Article suivantiOS 8 : du changement dans la continuité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here