Qu’attendre de la SNCF en cas de retard ?

En tant qu’usager de la SNCF, vous avez droit à certaines indemnisations en cas de retard. Que faut-il savoir à ce sujet ? Des TGV à la gare de Lyon

Alors que la grande majorité des trains sont à l’heure, il est tout de même bon de rappeler qu’il existe des règles d’indemnisation qui ont été mises en place par la SNFC. Via une Garantie Ponctualité, il est bien précisé que seuls les retards imputables à la SNCF seront dédommagés.

Concrètement un retard lié à un suicide ne sera pas dédommagé vu que la SNCF n’est pas responsable alors que des indemnisations seront payées pour des pannes, comme le fameux incident de la caténaire du week-end de la Pentecôte 2012.

Détail qui a son importance, seuls les trains nationaux de longue distance ou impliquant une réservation obligatoire, comme les TGV et les Intercités, sont concernés.

Concrètement, 30 et 59 min de retard donne droit à un remboursement de 25% du prix du billet en bons de voyage, à 25% du prix du billet en bons de voyage ou au remboursement de 25% du prix du billet pour un retard allant jusqu’à 2h, de 50% jusqu’à 3h et de 75% au-delà.

En cas d’hébergement nécessaire, la SNCF peut rembourser des frais « raisonnables » dans le cadre de la Garantie Voyages.

En cas de retard, la SNCF met en ligne un récapitulatif des procédures à suivre en fonction des trains concernés. Dans le cas des TGV, les voyageurs ont 45 jours pour adresser, avec le billet, l’enveloppe régularité remise à l’arrivée à la gare ou le formulaire de demande de compensation téléchargé en ligne.

En cas d’une éventuelle réclamation, il est toujours bon de conserver une photocopie du billet envoyé.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPorsche : pas de petit roadster 4-cylindres
Article suivantWindows 10 : une déclaration de confidentialité très polémique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here