Que faut-il retenir d’Android 5.0 Lollipop ?

Hormis le fait qu’Android 5.0 Lollipop soit la dernière version du système d’exploitation mobile de Google, que faut-il retenir de cette nouvelle version ?

Désormais disponible sur les Nexus, mais aussi notamment sur les Motorola et le G3 de LG, le déploiement d’Android 5.0 Lollipop a commencé. Très attendue, principalement à cause de ses nouveautés liées à la sécurité, que faut-il attendre de cette nouvelle version ?

La première chose qu’apporte Android 5.0 Lollipop, qui est peut-être un peu anodin pour le moment, c’est que cette nouvelle version supporte le 64-bits. Il est bien évident que comme toutes nouvelles versions qui se respectent, elle est moins buguée et bénéficie d’une amélioration des performances, ainsi que certaines nouveautés comme nouvelle interface graphique et nouvel affichage des notifications.

La seconde chose, attendue, c’est que la sécurité est renforcée notamment avec un chiffrement activé par défaut. Plus discret, la politique de sécurité de Google s’est également renforcée ce qui obliger les constructeurs à devoir passer une série de tests pour savoir s’il est compatible avec les services Google.

Une autre amélioration de la sécurité est que les webview ne font plus partie intégrante de l’OS, mais sont livrés en tant qu’application. De fait, en cas de faille, il est possible de plus rapidement et plus facilement la mettre à jour depuis le Play Store.

Un troisième point est que l’appareil en lui-même passe au second plan. Grâce à Android 5.0 Lollipop qui utilise le cloud, il est désormais possible de se connecter sur n’importe quel appareil et récupérer l’intégralité de ses données.

Au final, Android 5.0 Lollipop tient ses promesses, sans être radicalement innovant.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft : précurseur en employant des robots pour sa sécurité
Article suivantPhilae aurait finalement rebondi 3 fois

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here