Qu'est que la neutralité des plateformes ?

En demandant la neutralité des plateformes, le Conseil national de la numérique pose surtout la question de savoir ce que c’est ?

Alors que le monde entier parle de la neutralité du NET, la France, par l’intermédiaire du Conseil national du numérique (CNNUM) propose la neutralité des plateformes. Mais de quoi s’agit-il ?

Alors que la neutralité du net concerne l’internet dans sa totalité, la neutralité des plateformes n’est qu’une composante rassemblant les gros fournisseurs de contenus, par exemple Google, Apple, Amazon, Facebook, etc.

Alors que ces entreprises prennent de plus en plus d’emprise sur le net, l’idée de CNNM est donc de traiter du problème avant qu’il soit trop tard. C’est pour cela que la première intention du Conseil est de faire inscrire ce principe dans la loi.

En séparant les notions de neutralité du net et de neutralité des plateformes, l’idée est avant tout de ne pas cibler les mêmes acteurs. En effet, lorsqu’on parle de liberté du NET, ce sont essentiellement les fournisseurs d’accès (FAI) qui sont visés, alors que ce n’est pas le cas dans la liberté des plateformes vu que ce sont les fournisseurs de contenus qui sont visés. De fait en France, cela permet toujours de cibles les multinationales américaines !

De fait, cette neutralité des plateformes permet de poser de sérieuses questions, comme pourquoi Apple oblige à passer par l’App Store pour installer des applications sur son iPhone, ce qui n’est bien évidemment qu’un exemple parmi de nombreux autres.

Dans ce sens, au lieu d’attaquer sur le front de la répression et de la sanction, l’approche du CNNUM serait avant tout de mettre en place un dialogue afin d’élaborer un ensemble de bonnes pratiques à même d’améliorer la situation. La grande question, c’est de savoir si ce dialogue pourra avoir lieu ?

C’est dans ce sens que le Conseil préconise également de mettre en place un système de notation de réputation des entreprises, une manière de pénaliser la réputation des firmes qui ne voudraient pas suivre le mouvement.

Pour finir, si l’approche entreprise par le CNNUM semble de prime abord fumeuse surtout en raison de la confusion que cela apporte, la légitimité de cette approche semble pourtant parfaitement valable. Il ne reste plus qu’à attendre ses premiers effets.

Le Conseil national du numérique veut la «neutralité des plateformes». Ça veut dire quoi ?
Le Conseil national du numérique veut la «neutralité des plateformes». Ça veut dire quoi ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFree Mobile : le coup de pouce marketing d’Arnaud Montebourg
Article suivantVoiture électrique : BMW s’approche de Tesla

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here