Qui bloque Gmail en Chine ?

Le service Gmail n’est plus accessible en Chine depuis lundi. Alors que les autorités déclinent toute responsabilité, qui est à l’origine de ce blocage ?

Pour les utilisateurs chinois, utiliser certains services de Google n’est pas une sinécure depuis juin dernier vu qu’ils sont notamment contraints d’utiliser des protocoles tels qu’IMAP, SMTP et POP3 pour accéder à leurs mails sans passer par l’interface de Google. Alors que GreatFire.org, une organisation de défense de la liberté d’expression basée en Chine, annonce que les comptes de la messagerie sont bloqués depuis vendredi, il semble que l’accès à Gmail en Chine soit effectivement bloqué depuis ce lundi.

Selon la société Dyn Research, le blocage de Gmail se ferait au niveau des adresses IP utilisées par le service, en l’occurrence les adresses de Hong Kong, où Google est basé pour mener ses activités en Chine. Un porte-parole de Google à Singapour précise que les perturbations ne proviennent pas des services de la société américaine.

Alors que les autorités de Pékin contrôlent étroitement internet, une porte-parole du ministère chinois, Hua Chunying, affirme n’avoir aucune explication au blocage de Google et a assuré que la Chine cherchait à fournir les meilleures prestations possibles aux investisseurs étrangers en déclarant : « La Chine a toujours eu une attitude bienveillante et encourageante pour les investisseurs qui exercent une activité légale ».

Il est bon de préciser que les relations entre la Chine et le moteur de recherche ont rarement été au beau fixe, que Google a pendant un temps obéi aux règles de censure du pays avant de rediriger les internautes chinois vers ses services hébergés à Hong Kong. Il est aussi bon de rappeler que les services de Google avaient déjà été partiellement interrompus en 2012.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAvec la Nomad, Ariel prévoit une version tout terrain de l’Atom
Article suivantSécurité informatique : quels outils résistent encore à la NSA ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here