Range Rover Evoque : une version décapotable pour le printemps 2016

La vision de Range Rover passe par un SUV décapotable. Elle va se concrétiser au printemps 2016 avec le lancement du Evoque Décapotable.

Est-ce qu’un SUV décapotable est une bonne idée ? La réponse est oui pour le constructeur Range Rover. Il a en effet décidé de lancer un Evoque Décapotable au printemps de l’année prochaine.

Ce nouveau SUV sera conçu à partir du Evoque compact de luxe à trois portes. S’il va perdre sa partie haute au profit d’un toit en tissu à commande électrique, abaissable en 18 secondes et remontable en 21 secondes, il conservera par contre son aménagement intérieur pour quatre passagers.

Selon le constructeur anglais, le Evoque Décapotable sera un véhicule tout aussi hors-norme que les autres véhicules de la marque, avec une rigidité structurelle, un raffinement et une habileté hors route à la hauteur de ses congénères.

Range Rover ne fait pas de concessions pour le Evoque Décapotable

Si le constructeur peut se permettre de promettre une voiture décapotable à la hauteur de celle à toit rigide, c’est parce qu’elle aura aussi droit aux quatre roues motrices, au système Terrain Response, ou encore au quatre cylindres turbocompressé de 2,0 L de 240 chevaux secondé par une boîte automatique à neuf rapports.

Ce nouveau modèle sera également le premier de Range Rover à adopter le tout nouveau système infodivertissement Jaguar Land Rover InControl Touch Pro comprenant un écran tactile de 10,2 pouces, une intégration téléphonique intelligente, de la navigation et de la connectivité Wi-Fi.

Pour ceux qui comptent sur l’espace du coffre, il faut préciser que celui-ci n’aura une capacité que de 251 litres.

Est-ce qu’un SUV décapotable vous choque ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne centaine de jeux Xbox 360 arrivent sur Xbox One
Article suivantLes volcans de Pluton ressemblent beaucoup à ceux sur Terre et sur Mars

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here