De la réalité augmentée pour suivre soi-même l’activité de son cerveau

En associant un électro-encéphalogramme classique avec des techniques de réalité augmentée, des chercheurs français ont pu concevoir un dispositif permettant de voir l’activité de son cerveau en action comme dans si on était devant un miroir.

S’observer dans un miroir tout en suivant l’activité cérébrale de son cerveau est désormais possible grâce au « Mind Mirror », un dispositif mis au point par des chercheurs français de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA). Concrètement, cette équipe de scientifiques a associé un électro-encéphalogramme classique (EEG) avec des techniques de réalité augmentée.

Breveté il y a quelque temps, le casque à électrode cartographie le cerveau alors qu’une webcam et une caméra 3D permettent de suivre le sujet. Le système combine alors toutes ces informations pour les afficher sur l’écran tel un miroir, le sujet avec son activité cérébrale superposée.

Comme l’explique Anatole Lécuyer, directeur de recherche à l’INRIA, les techniques existent déjà, la difficulté a avant tout été de les combiner pour les visualiser.

Grâce à « Mind Mirror », il est possible de tourner la tête, ce qui permet d’afficher toutes les zones du cerveau, y compris celles situées à l’arrière par l’entremise d’un rétroviseur.

En l’état actuel du projet, le dispositif est capable d’analyser l’activité des neurones et de l’afficher selon un dégradé de couleur dépendant de son intensité. Moyennant un calibrage, le dispositif est même capable de déterminer différentes phases d’activité, comme la relaxation, l’effort mental ou l’effort physique.

Au niveau de son application, les chercheurs estiment que le « Mind Mirror » pourrait avoir des débouchés ludiques, mais avant tout médicaux, par exemple pour l’enseignement des sciences, ou dans des thérapies du genre « neurofeedback » où c’est le patient lui-même qui pourrait prendre conscience de son activité cérébrale pour pouvoir l’influencer, un genre de technique qui est déjà utilisée par les sportifs qui s’observent en train de travailler leur corps.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentArcBook : Archos présente un netbook sous Android 4.2
Article suivantiPhone 6 : sa maquette se compare aux produits concurrents
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here