Relance de Yahoo! : lorsque vouloir ne rime pas avec pouvoir

Depuis son arrivée à la tête de Yahoo!, Marissa Mayer veut relancer la croissance du groupe internet. Il est pourtant forcé de constater qu’elle n’a pas encore pu y arriver.

Pouvoir faire quelque chose ne rime pas forcément avec vouloir faire quelque chose, c’est ce que Marissa Mayer est en train de découvrir depuis qu’elle a repris la direction de Yahoo!. En effet, malgré tous ses efforts, le groupe internet a enregistré un recul de son chiffre d’affaires de 6% à 4,7 milliards de dollars pour 2013, ce qui entraine une chute de bénéfice net de 65% !

Plus inquiétant encore, les recettes publicitaires sont également en recul au point d’être détrôné par Facebook au deuxième rang mondial, derrière l’intouchable Google.

Marissa Mayer n’a donc clairement pas atteint ses objectifs de relance, ce qui ne l’empêche pas d’afficher toute sa détermination en déclarant : « Nous sommes déterminés à obtenir de la croissance en 2014 ! ».

Notamment en rachetant le site Tumblr, Yahoo! tente de rajeunir son image, tout comme les acquisitions de plusieurs startups innovantes devraient relancer ses produits. Si ces opérations ont placé Marissa Mayer sous les feux des projecteurs, faut-il encore que ses opérations se concrétisent dans les résultats du groupe. D’ailleurs, si la tendance ne s’inverse pas rapidement, la confiance des investisseurs pourrait sérieusement se ternir dans un avenir relativement proche.

Si vouloir ne suffit pas, comment Marissa Mayer va pouvoir y arriver ? Telle est la question.

Marissa Mayer à la peine pour relancer la machine Yahoo!
Marissa Mayer à la peine pour relancer la machine Yahoo!

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentObservatoire des Libertés et du Numérique : la vigilance face à la protection de la vie privée
Article suivantFacebook : combien de temps avez-vous passé sur le réseau social ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here