Rencontres sans frontière avec Tinder

L’application de rencontres Tinder proposera prochainement la possibilité de faire des rencontres hors des frontières, mais il faudra payer. Tinder payant, finie la géolocalisation !

Tender est une application qui s’appuie intelligemment sur Facebook pour proposer à ses utilisateurs des partenaires ayant des centres d’intérêt similaires aux siens. D’une simplicité enfantine avec son interface épurée, Tinder propose les photos des mecs ou des filles « compatibles » avec seulement deux options : un cœur vert ou une croix rouge, un feu vert ou rouge synonyme de pouvoir entamer la conversation ou pas.

Le hic de Tinder est que l’application propose souvent de rencontrer des personnes qui habitent… au coin de la rue, ce qui limite très vite le choix.

Alors que Tinder est à l’heure actuelle gratuit, il pourrait devenir freemium est proposer des services payants, justement comme la possibilité d’étendre le rayon de recherches.

Pour Sean Rad, PDG de Tinder, l’idée serait de générer des revenus alors que « Pour l’instant, on ne monétise pas. On a des milliers d’idées pour le faire, mais on préfère se concentrer sur l’expérience utilisateur et rendre l’appli encore meilleure pour les gens ». Ajoutant que « Ce qui est sûr, c’est qu’on ne mettra jamais de publicités » pour justifier l’ajout de services premium.

Dernier point au sujet de Tinder, « Il n’y a rien sur l’appli qui indique que c’est pour faire du dating, c’est aux utilisateurs de décider ce qu’ils en font ! Aux États-Unis, ce n’est vraiment pas une appli de dating. C’est plus un site de networking, pour trouver des gens avec qui sortir en soirée par exemple ». Après entre rencontre et rencontre, c’est de l’interprétation de chacun.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOpel : la 5e génération de Corsa relève le défi
Article suivantRosetta : la comète Tchourioumov-Guérassimenko ne sent vraiment pas bon !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here