Respect de la vie privée : c’est au tour de l’Italie de s’en prendre à Google

Après la France et l’Espagne, c’est au tour de l’Italie de demander des comptes à Google au sujet de l’usage fait des informations personnelles des utilisateurs.

En matière de respect de la vie privée, Google devient la cible de plus en plus de pays. Après la France et l’Espagne, c’est au tour de l’Italie de se préoccuper de l’usage fait des informations des utilisateurs.

L’autorité italienne chargée de la protection des données personnelles pointe notamment du doigt la fusion d’une soixantaine de règles en une seule, une règle que Google applique à la majorité de ses services. C’est dans ce sens que l’Italie exige du géant de l’internet qu’un système d’information structuré sur plusieurs niveaux soit adopté, mais également que l’utilisation faite des données des utilisateurs, en particulier lorsqu’elles servent à du ciblage publicitaire, soit clairement précisée.

Alors que les autorités italiennes ont fixé un délai de 18 mois maximum pour que Google se mette en conformité avec ces exigences, il est encore demandé que la firme de Mountain View obtienne explicitement le consentement des personnes avant de faire usage de leurs données, mais également que les utilisateurs puissent supprimer ses données personnelles s’ils le souhaitent, une mesure que Google devra exécuter dans un délai de deux mois.

Selon une source proche du dossier, il est encore précisé qu’une amende pourrait être infligée à Google en cas de non-respect des exigences, une sanction qui pourrait s’élever à un million d’euros.

L'Italie réclame à son tour à Google le respect de la vie privée
L’Italie réclame à son tour à Google le respect de la vie privée

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! renforce sa stratégie mobile par le rachat de Flurry
Article suivantUne pub pour relativiser le manque d’applications sur le Windows Store

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here