Responsive Design : Google annoncera les pages pas compatible avec son appareil

Google préviendra l'internaute si une page n'est pas compatible avec son appareil

Google prône la mise en application du Responsive Design. Histoire de mettre la pression sur les développeurs, le moteur de recherche indiquera si une page n’est pas compatible avec l’appareil de l’internaute.

Les développeurs de sites web savent pertinemment que leurs sites doivent pouvoir s’afficher sur toutes les plateformes possibles et inimaginables. Si cette déclaration peut sembler quelque peu pompeuse, elle correspond pourtant bien à la réalité de Google qui ne cesse de mettre en avant le Responsive Design.

C’est ainsi que le célèbre moteur de recherche annonce que les résultats de recherche allaient s’enrichir d’un avertissement qui indiquerait si une technologie utilisée par un site est incompatible avec l’appareil de l’internaute. Il est bien évident que cela concerne avant tout les utilisateurs de la version mobile de son moteur de recherche.

Dans son annonce, Google fait par exemple référence aux sites utilisant la technologie Adobe Flash, une technologie qui n’est pas supportée par les appareils sous iOS et certains sous Android.

Encourageant les développeurs à concevoir des sites multiplateformes, par exemple en HTML5, Google ne va pas seulement indiquer les pages pas compatibles, mais également pénaliser leur référencement.

Dès lors, les développeurs peuvent passer au Responsive Design, par exemple en se basant sur le Web Starter Kit et les Web Fundamentals proposés par Google.

Une chose est certaine, cette annonce risque bien de passablement compliquer la tâche de développement des sites web. Mais au risque de se faire pénaliser, autant le faire tout de suite, en tout cas rapidement.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentVoiture connectée : Google s’attache les services de l’ex-patron de Ford
Article suivantLettrs ou comment envoyer des lettres depuis votre appareil Android

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here