Retour sur Terre réussi pour 3 astronautes de l’ISS

Trois astronautes, un Américain et deux Russes, sont revenus sur Terre jeudi à bord d’un vaisseau Soyouz, après un séjour de six mois dans l’espace.

Comme c’est félicité l’Agence spatiale russe (Roskosmos), c’est à 02h14 GMT que « Le retour sur Terre de l’équipage de l’expédition 41/42 s’est déroulé avec succès ».

C’est en effet dans les steppes du Kazakhstan que l’astronaute américain Barry Wilmore, accompagné des cosmonautes russes Elena Serova et Alexandre Samokoutiaev se sont posés à l’aube jeudi matin.

Dans un communiqué, la NASA indique que les deux Russes et l’Américain avaient quitté la Terre le 26 septembre dernier à bord d’un Soyouz et qu’ils ont passé au total 167 jours dans la Station spatiale internationale (ISS). Durant leur séjour dans l’espace, ils sont par ailleurs parcouru plus de 112 millions de kilomètres.

Roskosmos souligne qu’Alexandre Samokoutiaev et Elena Serova ont « participé à 50 expériences scientifiques et œuvré pour le maintien du fonctionnement de la Station ». Lors de son séjour à bord de l’ISS, Alexandre Samokoutiaev a fait sa deuxième sortie extravéhiculaire dans l’espace.

Elena Serova est la première Russe à se rendre dans l’espace depuis 17 ans. Elle est la première femme russe séjourner à bord de l’ISS. Un vice-ministre russe, Dmitri Rogozine, a affirmé sur Twitter que Mme Serova « se sentait bien en ce qui concerne la tension artérielle » après l’atterrissage. « Tout s’est déroulé comme prévu […] Tout le monde va bien », a-t-il encore ajouté.

C’est le 28 mars prochain, depuis Baikonour au Kazakhstan, qu’un Soyouz avec à son bord l’astronaute américain Scott Kelly et les cosmonautes russes Mikhaïl Kornienko et Guennadi Padalka doit décoller pour rejoindre l’ISS. Il est prévu que Scott Kelly et Mikhaïl Kornienko passent une année à bord de la station spatiale, une durée sans précédent qui vise à « collecter des données biomédicales pour préparer les missions habitées de longue durée dans l’espace », a rappelé la NASA.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAegirocassis benmoulae : un monstre marin vieux de 480 millions d’années
Article suivantMinecraft : sa violence pourrait interdire le jeu en Turquie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here