RoboCup : qui remportera la Coupe du Monde de football des robots ?

Alors que la Coupe du Monde 2014 de football s’est achevée au Brésil, c’est également au Brésil que se déroule actuellement la RoboCup, la Coupe du Monde de football des robots.

Il semblerait qu’une Coupe du Monde en cache une autre. Après le coup de sifflet final de la Coupe du Monde 2014 de football au Brésil, c’est au tour de la RoboCup, la Coupe du Monde de football des robots, de se dérouler également au Brésil.

À l’occasion de cette 18e édition de la RoboCup, les meilleures équipes de robots footballeurs de la planète vont s’affronter jusqu’à la grande finale du 24 juillet.
Alors que la France est engagée dans cette RoboCup, est-ce que l’équipe de robots fera mieux que les Bleus ? Pour y parvenir, les robots sont capables de marcher, de repérer la balle et de tirer en direction des buts adversaire, bien évidemment pour marquer.

Organisée à João Pessoa, une station balnéaire brésilienne en bordure de l’océan Atlantique, cette compétition met aux prises 26 équipes venues en provenance des quatre coins du monde.

Emmené par Olivier Ly, professeur à l’université de Bordeaux-1, et une équipe de passionnés, l’équipe de France visera les quarts de finale en espérant faire mieux que l’édition précédente, notamment le 10-0 perdu contre l’Iran.

Pour ce faire, ces robots de 60 cm, pesant 2,5 kilos, comptent sur tous les détails, la programmation de leur microprocesseur, mais également sur l’ergonomie de chacune des pièces de l’androïde, pratiquement toutes pensées et usinées avec l’objectif de marquer des buts. C’est ainsi que ces robots se déplacent en toute autonomie, sans aucune intervention humaine, et qu’ils sont programmés pour reconnaitre la balle, les lignes du terrain et la cage adverse pour y marquer des goals.

En attendant de connaitre le parcours de la France, il est bon de préciser que chaque match dure 20 minutes et que chaque équipe est composée de trois joueurs de champ et d’un gardien.

Il est inutile de préciser que si la hantise d’un joueur de foot humain est la blessure, c’est la panne que redoutent le plus les robots.

robocup-coupe-du-monde-football-robots-photo1

robocup-coupe-du-monde-football-robots-photo2

robocup-coupe-du-monde-football-robots-photo3

robocup-coupe-du-monde-football-robots-photo4

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne pub pour relativiser le manque d’applications sur le Windows Store
Article suivantiPhone 6 : le logo comme notification lumineuse ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here