Robotique : des termites comme modèles

Des robots termites qui construisent comme de véritables ouvriers

Pour concevoir leurs petits robots constructeurs, des chercheurs de l’université d’Harvard se sont inspirés de la nature, à savoir du comportement des termites.

Des chercheurs en informatique et en ingénierie du département des sciences appliquées de l’université d’Harvard ont conçu des petits robots constructeurs. Ces mini engins sont par exemple capables de bâtir des pyramides.

Comme leur nom de robot-termite l’indique, les chercheurs se sont inspirés des termites pour concevoir ces robots. En l’occurrence, ils se sont principalement basé sur la stigmergie, le comportement relatif à celui des autres, une faculté innée chez les termites de s’adapter les uns aux autres.

Concrètement, ces robots-termites ne possèdent qu’une intelligence limitée à quelques mouvements comme avancer, reculer, tourner, où prendre une brique, la porter et la déposer. Après, c’est en s’adaptant au comportement des autres que chaque robot-termite est capable de se repérer et de savoir ce qu’il doit faire.

Présentés lors du congrès annuel de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS) de Chicago, ces robots-termites font également la une de la dernière édition du magazine Science.

S’ils sont capables de bâtir une pyramide comme de bons petits soldats disciplinés, ils sont aussi capables de construire d’autres structures.

Impressionnant d’efficacité, ces robots-termites posent ouvertement la question de l’avenir des ouvriers de la construction. Est-ce qu’ils seront un jour remplacés par des robots ? Peut-être dans un premier temps dans des environnements dangereux pour l’homme.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAutomobile : de l'iOS embarqué à la voiture proprement dit ?
Article suivantOffice 365 : les applications supporteront la eSignature de DocuSign
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here