Est-ce parce que les robots font peur que Google veut vendre Boston Dynamics ?

Deux ans après avoir fait l’acquisition de Boston Dynamics, Google a discrètement mis en vente sa filiale consacrée aux robots. Alors que le géant du web est connu pour ses projets audacieux, cette décision a de quoi surprendre. Dès lors, nombreux sont ceux qui s’interrogent au sujet de cette décision.

Quelle est l’explication à cette histoire de désamour ? En fait, il y a certainement plusieurs éléments de réponse à cette question. Pour commencer, Google est avant tout une entreprise californienne. Avoir une filiale loin de la Silicon Valley, dans le Massachusetts n’est pas évident. Bien que ce motif semble un peu tiré par les cheveux, il est pourtant parfaitement plausible.

Une autre explication se situe au niveau des produits de Boston Dynamics, les robots dont les prouesses sont régulièrement dévoilées en vidéo sur le web. La dernière vidéo en date, montrant Atlas, a suscité tellement de réactions négatives, suscité une telle crainte, que Google a peut-être eu peur que ce sentiment négatif déteigne sur le reste de ses activités. Comme toutes les entreprises, la firme de Mountain View tient à préserver intact son image auprès du grand public, qui est aussi ses clients.

La question financière se pose également. « Une start-up de notre taille ne peut dépenser 30% de ses ressources dans des projets qui vont prendre dix ans », a indiqué Jonathan Rosenberg, un proche conseiller de Larry Page, le fondateur de Google. En clair, la stratégie de l’entreprise prévoit de conserver des projets novateurs… mais pas forcément tous.

En clair, avec la mise en vente de Boston Dynamics, il faut comprendre que Google continue à chercher la rupture technologique avec ses projets, mais que cette recherche ne se fera pas, plus, à n’importe quel prix. En dépit des milliards que l’entreprise injecte dans la recherche, des limites semblent être apparues.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa faille Stagefright menace toujours les appareils Android !
Article suivantCe 21 mars, Twitter célèbre le dixième anniversaire de l’envoi du premier tweet

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here