Rôles parentaux : le mythe du père new-age

Une étude de de l’Université d’Oxford révèle que le père new-age qui prend une parte égale à la garde des enfants n’est en fait qu’un mythe.

L’arrivée d’une nouvelle génération de parents qui abandonnent les rôles parentaux traditionnels pour prendre une part égale à la garde des enfants a été saluée comme une révolution dans la vie des familles.

Malheureusement, une étude de l’Université d’Oxford suggère que la « participation » du père se révèle être en fait un mythe, que la réalité de la vie de tous les jours des couples les pousse dans pratiquement les mêmes rôles que leurs propres parents.

L’étude, dirigée par le Dr Anna Machin, a suivi un groupe de couple de la classe moyenne britannique, des hommes qui allaient être père pour la première fois. Ils étaient tous enthousiastes à propos de devenir parents, croyant qu’ils pourraient fournir des soins et un soutien émotionnel, autant que la mère.

Interrogés plusieurs mois après, ils ont admis qu’ils avaient du mal à faire les deux, en raison d’une combinaison de facteurs financiers et sociaux, mais aussi biologiques.

« Le rôle du père semble revenir à ces stéréotypes masculins : celui qui protège, celui qui gagne de l’argent », a admis un des participants à cette étude. « Je ne pense pas que ce soit quelque chose que nous avions imaginé ».

Tous les participants ont pris au moins deux semaines de congé de paternité. Leur dynamique a changé de façon spectaculaire lorsqu’ils ont recommencé à travailler.

Bien que les couples puissent désormais partager jusqu’à 12 mois de congé entre eux après la naissance d’un enfant, certains pourraient passer à côté de centaines de livres par mois en raison des indemnités de maternité accordées par de nombreuses entreprises aux femmes, mais pas aux hommes.

Les pères ont également signalé une crainte que cette absence pèse en vue d’une promotion.

Il y a aussi eu des problèmes physiques pour certains couples, que le bébé répondait mieux au réconfort de sa mère. Un des pères a d’ailleurs dit : « Seulement maman peut le faire ».

Le Dr Machin a déclaré : « Tous les pères étaient très motivés à l’idée de s’impliquer dans la paternité. Mais au cours de l’étude, il est devenu clair pour eux que cet idéal n’a pas facilement atteignables ».

« La réalité est que, comme société, je ne pense pas que nous soyons prêts pour cela. Nous ne soutenons pas les pères. Nous payons du bout des lèvres, on n’a pas mis en place un système viable ».

« Quand nous leur avons demandé pourquoi ils voulaient être des pères engagés, beaucoup d’entre eux ont dit que c’était pour être différent de leur propre père. Malheureusement, ils en reviennent à leurs propres rôles très stéréotypés qui ne correspondent pas à ce qu’ils veulent. »

« Ces pères étaient pour elle, ils avaient un niveau de revenu raisonnable financière et un niveau raisonnable de l’éducation et ne sont pas à la surface particulièrement vulnérable», dit-elle.

Pour Harry Benson, directeur de recherche, « Ce n’est peut-être pas une question des rôles traditionnels, mais plus une question de nature humaine. Les mères passent neuf mois avec le bébé à l’intérieur d’elle, cela a une incidence sur leur enfant alors les pères doivent apprendre que de l’extérieur. Je pense que les gens sous-estiment la différence fondamentale existante en raison du fait que les femmes ont porté l’enfant pendant neuf mois ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa maison-mère de Numericable-SFR veut racheter l’américain Time Warner Cable
Article suivantRosetta : les mystérieuses roches en équilibre de Tchouri

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here