Rosetta : 12 images qui montrent la formation de la queue de la comète

Plus la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko se rapproche du soleil, plus elle devient active. L’ESA publie 12 images étonnantes montrant la formation de la queue de la comète.

Après dix de voyage dans l’espace, la sonde européenne Rosetta a enfin rencontré sa destination, la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Depuis cette rencontre, l’engin s’est mis en orbite autour de la comète et l’étudie sous toutes les coutures. Au mois de novembre dernier, elle a même largué Philae, un robot qui s’est posé à la surface de la comète pour fournir encore plus de données.

Malheureusement, suite à un atterrissage mouvementé, le robot a fini sa course dans une zone ombragée, ce qui l’a privé d’énergie. Après seulement quelques jours d’activité, Philae s’est donc endormi et, à l’heure actuelle, ne s’est pas encore réveillé, n’a en tout cas pas repris contact avec Rosetta.

Toujours en orbite autour de 67P, Rosetta continue pour sa part ses observations de la comète. Alors que celle-ci se rapproche de plus en plus du soleil, son activité ne cesse pas de s’accroitre. Pour cause, faite de glace et de poussières, son réchauffement se traduit par une recrudescence des éjections de gaz et de matière.

Ces éjections ont d’ailleurs failli mettre en péril la mission de Rosetta, la sonde ayant confondu à un moment donné les poussières dégagées et les étoiles censées lui indiquer sa position. La situation est revenue à la normale après que la sonde ait pris un peu de distance avec la comète.

Ce regain d’activité de la comète contribue à la formation de sa queue. L’Agence spatiale européenne publie, justement 12 publie, 12 images étonnantes montrant la formation de la queue de la comète67P/Churyumov-Gerasimenko.

Dans les trois prochains mois, cette activité va encore s’accroitre, et la queue de la comète s’allonger. D’autres images seront encore prises. Mais ce qui est certain, c’est que Rosetta, depuis son poste d’observation privilégié, est aux premières loges pour observer ce phénomène, ce qui va permettre aux scientifiques de mieux le comprendre.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Search : un bouton « Buy » sur mobiles
Article suivantAller aux toilettes dans l’espace : Samantha Cristoforetti vous explique tout

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here