Rosetta : gros plan très détaillé sur un rocher de la comète 67P

Lors d’un survol de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko à très basse altitude, la sonde Rosetta a pu prendre une photographie très détaillée d’un rocher de 45 mètres.

Depuis sa mise en orbite autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko le 6 août dernier, la sonde Rosetta ne cesse de livrer ses observations aux scientifiques. C’est grâce à l’Optical, Spectroscopic and Infrared Remote Imaging System(OSIRIS) que la sonde a pu prendre un cliché très détaillé d’un rocher.

C’est lors d’un passage de la sonde à seulement 28,5 km du centre du noyau, le 19 septembre dernier, que la caméra de Rosetta a pu prendre en photo un rocher de 45 mètres avec un niveau de détail de 50 cm par pixel.

Alors que toute la mission de Rosetta a des consonances égyptiennes avec le choix des noms de Rosetta pour la sonde ou de Philae pour le module qui doit atterrir sur la comète, les scientifiques ont décidé d’appeler ce rocher Cheops en référence à la célèbre pyramide vu que ce rocher est entouré de deux autres rochers dans une configuration qui n’est pas sans rappeler celle des pyramides de Gizeh.

Repéré alors que la sonde était encore à 130 km d’altitude, Cheops intrigue les chercheurs : comment est-ce que ce rocher a-t-il pu arriver sur la comète ? Sans oublier de savoir de quoi il est fait.

Actuellement dans une phase de Close Observation Phase, la sonde Rosetta va évoluer à une altitude qui va progressivement passer à 18 km, puis à 9,8 km, une orbite très proche qui devrait permettre de prendre des clichés hyper détaillés.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : une centenaire ment sur son âge pour s’inscrire
Article suivantInsolite : une baleine à bec s’échoue en Australie
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here