Rosetta : Philae a été larguée comme prévu

C’est vers 09h00 GMT que l’ESA a reçu confirmation que le module Philae s’est correctement détaché de la sonde Rosetta et qu’il a entamé sa longue chute vers la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko.

Le suspense est à son comble : est-ce que le module Philae va réussir à se poser sur la 67P/Tchourioumov-Guerassimenko ? Le sort en est désormais jeté, le module a été largué ce mercredi matin, comme prévu.

Pendant la nuit de mardi à mercredi, tous les feux sont passés au vert pour la mission Rosetta. C’est selon le programme établi que l’ordre de largage du module Philae a été donné. C’est peu après 09h00 GMT que la confirmation de l’opération est parvenue sur Terre.

Alors que Philae a entamé une chute libre de près de 7 heures, le module ne restera pas inactif. Après avoir pris des clichés de la sonde Rosetta, il va s’occuper à faire des examens du champ magnétique entourant la comète ainsi que des analyses des poussières, particules et gaz enveloppant celle-ci.

C’est vers 15h30 que Philae devrait atterrir sur la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko. Pour éviter de rebondir en raison de la faible gravité, le robot utilisera un système de doubles harpons pour s’arrimer à la comète, un bloc de quatre kilomètres de longueur et d’un poids de 10 milliards de tonnes.

Pour autant que cet atterrissage se passe bien, Philae entamera immédiatement toute une série d’expériences pendant deux jours et demi, selon l’état de ses batteries. Les scientifiques espèrent pour cela que le module se pose sur une zone qui ne soit pas trop sombre, ni trop obscurcie par la poussière, pour que panneaux solaires puissent alimenter ses instruments.

Mais avant cela, il faut attendre confirmation de l’atterrissage de Philae, ce sera pour environ 16h00 GMT.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSpaceX : Elon Musk confirme le déploiement d’une constellation de satellites pour internet
Article suivantSFR – Bouygues Telecom : la mutualisation 4G a débuté

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here