Rosetta : suspense avant son rendez-vous avec une comète

L’être humain n’a jusqu’à maintenant jamais mis en orbite un engin spatial autour d’une comète. Est-ce que Rosetta sera le premier à y parvenir ?

L’aventure de la sonde européenne Rosetta a débuté en 1993, lorsque l’Agence spatiale européenne (ESA) a approuvé le projet de cette rencontre inédite avec une comète. Alors que le nom Rosetta émane de la pierre de Rosette, qui a permis de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens, c’est près de 1,3 milliard d’euro qui a été consacré à ce projet.

Lancée il y a dix ans, Rosetta est désormais en approche finale de son rendez-vous, à quelques heures de se mettre en orbite autour de la comète 67P/ Tchourioumov-Guérassimenko, une rencontre qui doit devra durer 18 mois, un temps qui sera mis à profit pour comprendre les origines du système solaire, mais également pour faire poser le robot-laboratoire Philae sur la comète.

Mais avant cela, il reste une dernière manœuvre de 386 secondes de propulsion pour finaliser les six mois d’approche complexe pour cette satellisation inédite. C’est à partir de 11h00, heure de Paris, que cette dernière manœuvre sera amorcée annonce l’ESA.

Il faut préciser que ce rendez-vous est particulièrement délicat vu qu’il se passe à 400 millions de kilomètres de la Terre, surtout que la comète se déplace à une vitesse de 55 000 km/h sur une orbite allongée et que Rosetta doit s’approcher afin d’avoir moins de 1m/s d’écart de vitesse.

Rosetta avait rendez-vous avec une comète, comme l'illustre cette vue d'artiste de sa mise en orbite.
Rosetta avait rendez-vous avec une comète, comme l’illustre cette vue d’artiste de sa mise en orbite.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHomme de Florès : espèce disparue ou trisomique ?
Article suivantDroit à l’oubli : Google détaille les difficultés rencontrées

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here