Samsung annonce l’arrêt de ChatON

C’est ce vendredi que Samsung que son service de chat mobile ChatON sera arrêté en début d’année prochaine.

C’est dans un communiqué diffusé ce vendredi que Samsung a annoncé qu’il arrêtera son service de chat mobile ChatON en début d’année prochaine. Ce sera formellement le 1er février 2015 que le service sera arrêté, excepté aux États-Unis. La fermeture définitive devrait intervenir avant la fin mars.

C’est en août 2011 que Samsung avait lancé ChatON, quelques mois après que Viber, WeChat et Line aient déjà accaparé un avantage significatif sur le marché du chat mobile.

Malgré le fait que ChatON proposait des fonctionnalités que les solutions concurrentes ne proposaient pas, cela n’a pas suffi pour séduire les utilisateurs. Bien que préinstallés sur les appareils Samsung, les mobinautes préféraient utiliser d’autres applications telles que Facebook, WhatsApp, Rakuten, Viber, Line, KakaoTalk, etc.

Disponible en 67 langues dans 237 pays, ChatON revendiquait 200 millions d’utilisateurs dans le monde. Samsung affirmait même que son service était n° 1 aux États-Unis et en France. La réalité des statistiques semble toute autre vu qu’une étude du cabinet Strategy Analytics révèle que l’utilisateur américain moyen passe 6 secondes par mois sur ChatON contre près de deux heures sur Facebook par exemple.

De fait, l’histoire de ChatON est emblématique de la situation actuelle de Samsung. Après avoir su conquérir le monde, les utilisateurs se détournent désormais vers d’autres produits, que cela soit d’autres marques de smartphones ou d’autres applications.

Alors que l’un des principaux enjeux de Samsung serait de faire fructifier le nombre d’appareils vendus en proposant des applications maison populaires, Rajeev Chand, directeur général de Rutberg & Co, souligne « L’échec de Samsung à percer dans les applications ». Il ajoute : « S’ils n’y parviennent pas, il y a un très grand risque pour que Samsung se retrouve relégué au rôle d’une société qui fera de moins en moins de marge », faisant référence au fait qu’il faudra s’aligner sur les marques chinoises qui liment sur les coûts.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMars : ce méthane qui soulève tant de questions
Article suivantArianespace lance avec succès quatre satellites internet haut débit

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here