Samsung : dans l’attente de l’effet Galaxy S6

Les résultats financiers de Samsung sont conformes aux attentes avec une activité essentiellement soutenue par les semi-conducteurs dans l’attente de l’effet Galaxy S6.

Avec un chiffre d’affaires en recul de 12% à 40,2 milliards d’euros et un résultat net en recul de 39% à 3,9 milliards d’euros, les résultats trimestriels de Samsung sont conformes aux prévisions. Si le groupe sud-coréen limite les dégâts, c’est essentiellement grâce à sa division des semi-conducteurs qui est la seule à voir son chiffre d’affaires augmenter.

Avec 14,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont plus de trois quarts réalisés grâce aux puces mémoires, cette division est la base solide de Samsung.

Malgré une légère baisse des volumes, les solutions d’affichage de Samsung se portent aussi bien avec un chiffre d’affaires en progression d’environ 12%.

Malgré l’offensive lancée avec les gammes Galaxy A, E et J, la situation sur le marché mobile reste tendue avec des ventes en recul de 20% à 22,1 milliards d’euros. La grande inconnue est bien évidemment le succès commercial que va rencontrer le Galaxy S6, le nouveau fleuron de Samsung.

Lors de la publication de ses résultats, Samsung n’a d’ailleurs communiqué aucun chiffre au sujet du Galaxy S6, se contentant juste de « se réjouir » des ventes du produit lancé le 10 avril en parlant d’une demande « plus importante que prévue » pour le modèle Galaxy S6 Edge.

Selon Strategy Analytics, avec 24% des ventes, les ventes de Samsung seraient repassées devant celles d’Apple (18%) au 1er trimestre.

Alors que la concurrence va s’intensifier et la croissance du marché, ralentir, Samsung s’attend à une deuxième partie d’année compliquée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! Mail se rapproche de LinkedIn et Twitter
Article suivantTechnocité participe à la journée porte ouverte du programme « plus haut »
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here