Samsung : les caractéristiques de la smartwatch Gear A se précisent

Connue sous le nom de code Orbis, la prochaine smartwatch de Samsung sera la Gear A. Ses caractéristiques se précisent.

Mis à mal sur le marché des smartphones, Samsung pourrait tenter de rebondir sur le marché des smartwatchs, pour autant que ce secteur décolle véritablement, ce qui n’est pour le moment pas évident. En tout cas, le fabricant sud-coréen compte se donner un maximum de chance en ayant passablement retravaillé sa prochaine montre connectée.

Connue sous le nom de code Orbis, cette future Gear A sera tout d’abord ronde, ce qui est une première pour Samsung. Son écran serait de 360 x 360 pixels. Sa taille pourrait être de 1,65 pouce.

Dans ses entrailles, la Gear A embarquera un SoC Exynos 3472 comprenant un processeur dual-core cadencés jusqu’à 1,7 GHz et processeur graphique ARM Mali-400 MP4 cadencés jusqu’à 450 MHz, le tout épaulé par 768 Mo de mémoire vive. La partie stockage devrait avoir une capacité de 4 Go.

Hormis des capteurs de type accéléromètre, gyroscope, baromètre, de fréquence cardiaque, cette montre serait aussi dotée de la géolocalisation GPS et d’une connectivité Bluetooth 4.et Wi-Fi 802.11b/g/n, une déclinaison cellulaire 3G étant aussi prévue.

Cette Gear A aurait aussi droit à un pourtour d’écran et un bouton de couronne numérique pour faciliter la navigation dans l’interface. Justement, l’interface ne sera pas celle d’Android Wear, mais celle de Tizen.

Du côté de l’esthétique, la Gear A pourrait avoir droit à de nombreux bracelets conçus en partenariats avec des équipementiers et des artistes.

Alors que l’on ne sait pas encore sa date de présentation, la Gear A pourrait être dévoilée lors de la prochaine IFA de Berlin, au mois de septembre, ou éventuellement en même temps que le Galaxy Note 5.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent4G : Free Mobile bat son record de débit
Article suivantMotorola : rendez-vous le 28 juillet pour découvrir les nouveaux smartphones

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here