Samsung Pay : déjà prêt à arriver en Europe

L’arrivée du système de paiement mobile Samsung Pay n’est pas encore pour tout de suite. Néanmoins, grâce à un partenariat avec MasterCard, il est déjà prêt à arriver en Europe.

C’est le 1er mars, en réponse à la sortie d’Apple Pay, que Samsung a dévoilé son propre système de paiement mobile : Samsung Pay. Celui-ci est actuellement en test en Corée du Sud.

Alors que neuf mois après ses débuts aux États-Unis, le système Apple Pay arrive en Europe en étant proposé au Royaume-Uni, Samsung compte bien imposer son système face à son rival. Pour ce faire, le groupe coréen a déjà noué des contacts.

Ainsi, Samsung Pay serait déjà prêt à débarquer en Europe grâce à un partenariat avec MasterCard.

« Les Européens ont été des pionniers de l’adoption de nouvelles manières de faire des emplettes et d’effectuer des paiements. Grâce à notre partenariat d’envergure avec Samsung, nous avons hâte de continuer à encourager l’innovation en matière de commerce mobile en créant des paiements numériques simples et sécurisés pour les consommateurs », a déclaré Javier Perez, le président de MasterCard Europe.

« Les deux entreprises s’engagent à des innovations technologiques et financières révolutionnaires qui déboucheront sur la promesse d’un véritable porte-monnaie mobile », s’est pour sa part félicité Injong Rhee, de Samsung Electronics.

Il faut dire que Samsung Pay est bien différent d’Apple Pay en étant compatible avec les terminaux de paiement traditionnel, avec ou sans PIN.

Il est bon de préciser que l’arrivée de Samsung Pay en Europe n’est tout de même pas pour tout de suite. Il faut que la phase de test s’achève pour commencer. Ensuite, le système devrait être déployé à large échelle en Corée du Sud et aux États-Unis avant d’arriver en Europe.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet pour tous : Facebook dévoile son système de drones Aquila
Article suivantRisque d’incendie : Nvidia rappelle ses tablettes de jeu Shield !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here