Samsung Pay : test grandeur nature avant le lancement du service

Un test grandeur du service Samsung Pay a débuté, il anticipe le lancement du service d’ici quelques semaines.

Avant de lancer son service de paiement mobile Samsung Pay, la firme coréenne le teste avec un échantillon restreint de possesseurs de Galaxy S6 et S6 Edge. Ayant débuté le 15 juillet, cette phase de test doit durer « quelques semaines ».

Ensuite, si tout se passe bien, le service Samsung Pay sera officiellement lancé. Dans un premier temps, il ne sera disponible qu’en Corée du Sud. Aucune date n’est pour le moment communiquée au sujet de l’arrivée de Samsung Pay en Europe.

Par rapport à Apple Pay, la principale force de Samsung Pay est sa compatibilité. En effet, l’acquisition de LoopPay a permis d’ajouter une technologie de paiement mobile qui émule les cartes à bande magnétique, un complément au NFC dans le but prendre en charge un maximum de systèmes d’encaissement, notamment les anciens ou non mis à jour.

Le discours sécuritaire de Samsung et le même que celui d’Apple : les numéros de carte bancaire ne sont pas stockés sur les terminaux, ni communiqués aux marchands. Chaque transaction se fera avec un jeton unique qui permettra aux banques de faire le lien avec le propriétaire de la carte.

L’authentification s’effectuera éventuellement par code PIN ou par le capteur d’empreintes digitales.

Selon les pays, les modes de vérification varieront. Un SMS sera utilisé en Corée du Sud alors que le groupe français Oberthur intégrera ses technologies dans les Galaxy S6 et S6 Edge européen pour gérer de bout en bout le dispositif de paiement mobile, de l’activation jusqu’à la gestion des transactions.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentChrome : multiplication des alertes de Safe Browsing
Article suivantGoogle : business florissant grâce… à la publicité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here