Samsung : plus de puissance pour une nouvelle déclinaison du Galaxy Note 4

Samsung annonce une troisième déclinaison du Galaxy Note 4, une nouvelle version qui fera la part belle à la puissance et aux performances.

À l’heure actuelle, la phablette Galaxy Note 4 est déclinée en deux versions. Samsung annonce pour début 2015 une nouvelle déclinaison avec des performances accrues et une plus grande vélocité en 4G LTE.

Alors que Samsung avait proposé une mise à jour matérielle de son smartphone Galaxy S5 pour prendre en charge la 4G LTE A, plus communément nommée 4G+, cette même mise à jour concernera également le Galaxy Note 4.

Les actuelles versions du Galaxy Note 4 embarquent un SnapDragon 805 pour les marchés occidentaux et un Exynos 5433 pour certains autres marchés. Cette troisième version sera pour sa part dotée d’un SoC SnapDragon 810 de Qualcomm, un processeur qui intègre 4 cœurs ARM Cortex-A57 cadencés jusqu’à 2,8 GHz et 4 autres Cortex-A53 suivant un agencement big.LITTLE.

Son GPU passera de l’Adreno 420 à l’Adreno 430, un changement qui apporte 30% de performances graphiques en plus et une réduction de la consommation électrique de 20%, mais également le support d’OpenGL ES 3.1 et de l’affichage ultra haute définition 4K.

Alors que le SnapDragon 810 est actuellement le seul SoC capable de supporter la mémoire vive de type LPDDR4, il est possible que le Galaxy Note 4 en soit équipé, sans que Samsung le précise pour le moment.

Le Galaxy Note 4 hérite par ailleurs du support de la 4G LTE Advanced de catégorie 9, ce qui signifie qu’il sera le premier terminal à supporter l’agrégation de trois porteuses, ce qui signifie, en théorie, un débit descendant pouvant atteindre 450 Mbit/s sur les réseaux adaptés, et jusqu’à 300 Mbit/s sur les réseaux supportant la 4G LTE A de catégorie 6.

Alors que 2015 s’annonce comme étant une course effrénée vers la puissance et la rapidité, Samsung affute donc ses armes en dévoilant sa nouvelle déclinaison de son Galaxy Note 4.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentExiste-t-il des logiciels qui résistent encore à la NSA ?
Article suivantVente-privée.com : Free brade sa Freebox Crystal à 1,99 €/mois

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here