Samsung : une batterie souple qui peut épouser la forme d’un corps humain

Le fabricant sud-coréen Samsung vient de dévoiler Stripe et Band, des batteries innovantes qui pourraient grandement faire progresser les appareils mobiles.

L’autonomie est déjà un problème pour les smartphones qui sont encore relativement grands. Mais que dire des smartwatchs où l’espace dévolu à la batterie est plus que restreint ? Une solution pourrait être de placer la batterie dans le bracelet, mais pour cela, il faudrait disposer d’une technologie souple.

Justement, à l’occasion du salon InterBattery 2015, Samsung a présenté deux nouvelles technologies de batteries, Stripe et Band, qui pourraient bien révolutionner la mobilité.

Stripe : une batterie ultrafine pour les vêtements

Alors que l’on commence à parler de vêtement connecté, la batterie est un véritable problème. En fait plus vraiment avec Stripe, une batterie que vient de présenter Samsung.

La particularité de Stripe ? C’est qu’il s’agit d’une batterie ultrafine qui ne mesure que 0,3 mm d’épaisseur, ce qui lui permet de se confondre dans l’épaisseur d’un vêtement.

Plus intéressant encore, la densité énergétique de cette batterie est plus élevée que celle des batteries actuelles, ce qui signifie une plus grande capacité stockée à volume égal.

Band : une batterie souple idéale pour les bracelets

Avec la batterie Band, le problème de placer la batterie dans un bracelet ne se pose plus vu que celle-ci est souple. Bien qu’elle soit plus épaisse que la Stripe, la Band peut être tordue plus de 50 000 fois.

Selon Samsung, cette batterie pourrait permettre d’augmenter la capacité des montres connectées de plus de 50%, ce qui serait une réelle plus-value pour les smartwatchs.

Alors que l’on ne sait pas encore quand les batteries Stripe et Band seront commercialisées, il est d’ores et déjà certain que ces nouvelles batteries vont donner un nouvel élan à la mobilité, plus particulièrement aux wearables.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAlibaba veut copier Google en investissant aussi dans Magic Leap
Article suivantUne fillette vend des mots de passe ultrasécurisés pour 2 dollars

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here