Samsung : une Galaxy Tab A avec S Pen

Un des rares fabricants a encore proposé des appareils avec des stylets, Samsung a annoncé une déclinaison de la Galaxy Tab A équipée d’un S Pen.

Alors que le stylet facilitait l’utilisation des petits écrans tactiles, Samsung est l’un des rares fabricants à encore proposer des appareils mobiles équipés de stylets alors que les écrans sont devenus plus grands et plus facilement utilisables au doigt.

À l’heure actuelle, le stylet sert en fait à des usages plus spécifiques, comme la prise de notes à la volée.

C’est la semaine dernière que Samsung a annoncé une déclinaison de la Galaxy Tab A équipée d’un S Pen. Bien que le communiqué de presse ne le précise pas, il y a fort à parier que le S Pen de cette nouvelle Galaxy Tab A remplisse les mêmes services que celui du fameux Galaxy Note 4, sur lequel il permet d’ouvrir un menu contextuel, d’afficher des extraits au survol, d’afficher deux applications en parallèle, etc.

À l’instar de la Galaxy Tab A, la Galaxy Tab A avec S Pen possède les mêmes caractéristiques, à savoir un écran LCD de 9,7 pouces d’une définition de 1 024 x 768 pixels, d’une puce Qualcomm SnapDragon 410 quad-core ARM Cortex-A53 cadencé à 1,2 GHz, de 2 Go de mémoire vive, de 16 Go d’espace de stockage extensible par microSDXC, de capteurs photo frontaux et dorsaux de 2 et 5 mégapixels, et d’une connectivité micro-USB, Wi-Fi 802.11n et Bluetooth 4.1, le tout fonctionnant avec Android 5.0 Lollipop.

Cette Galaxy Tab A avec S Pen est dès à présent disponible en France au prix de 400 euros. Il est bon de préciser qu’elle se négocie à moins de 350 euros chez certains revendeurs.

photo-samsung-galaxy-tab-a-avec-s-pen

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHighway Pure 4G : Wiko lance son nouveau produit phare
Article suivantApple : fiabilité et sécurité pour iOS 9 et OS X 10.11

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here