Schiltigheim : opération de démoustication contre le moustique tigre

Dans le but d’éviter la prolifération du moustique tigre, la ville de Schiltigheim va procéder à une démoustication.

Le moustique tigre est un vecteur de maladies virales telles que la dengue et le chikungunya. Durant sa période d’activité, de mai à novembre, il peut transmettre le virus après avoir piqué une personne infectée.

Afin de lutter contre l’installation et la prolifération du moustique en métropole, le moustique tigre fait l’objet d’une surveillance sur l’ensemble du territoire, il est déjà présent dans une vingtaine de départements dans le Sud de la France.

Sur les 46 pièges installés sur la commune de Schiltigheim (Alsace), 7 ont révélé la présence d’œufs du moustique tigre sur une partie de la ville. C’est ainsi qu’un périmètre de 30 ha a été défini autour des pièges positifs.

C’est ainsi qu’une opération de démoustication sera lancée à Schiltigheim, dans la nuit du 25 au 26 août 2015.

À cet effet, l’Agence Régionale de la Santé communique à la population concernée les précautions à prendre :

· Rester chez soi, portes et fenêtres fermées jusqu’à une heure après l’opération prévue entre 03h00 et 05h00 du matin.
· Rentrer le linge, couvrir les jouets et tous les objets pouvant être utilisés par des enfants
· Eloigner ou rentrer les animaux, protéger leurs gamelles et abreuvoirs
· Attendre 3 jours avant de consommer les légumes et fruits du potager, après les avoir lavés

Il est aussi précisé que la circulation sera limitée durant l’opération de démoustication.

L’opération comporte en faites plusieurs phases. Il va s’agir d’un porte-à-porte dans le but d’identifier et détruire les gîtes larvaires, et de la pulvérisation d’un traitement adulticide à partir d’un véhicule et par des interventions à l’aide d’appareils portables.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe logiciel de communication de Stephen Hawking accessible à tout le monde
Article suivantNASA : pas de collision imminente avec un astéroïde

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here