La sécurité d’internet en France est une des pires d’Europe

Les internautes français sont concernés plus que la moyenne européenne par des problèmes de virus et de pertes de données. La sécurité du web en France est nettement plus perméable que dans d’autres pays.

Lorsqu’on parle de virus ou de pertes de données, on évoque habituellement le nombre de machines infectées ou le nombre de comptes touchés. Il n’est pratiquement jamais fait mention d’une dimension géographique. Une étude Eurostat nous fournit un indicateur de la sécurité d’internet par pays, ce qui permet de situer la France.

Cette étude classe les pays en fonction de la proportion d’internautes à avoir été confronté à un virus informatique ou une perte de données en 2015. Au niveau européen, la moyenne est de 25%, ce qui signifie qu’une personne sur quatre a été confrontée à un tel problème de sécurité l’année dernière.

À l’instar de la Croatie (42%), la Hongrie (39%), le Portugal (36%) et Malte (34%), certains pays sont très mauvais élèves avec une sécurité du web qui est nettement plus perméable aux menaces que la moyenne européenne. Le problème est que la France (33%) fait malheureusement partie de cette catégorie. De leur côté, la République tchèque (10%), les Pays-Bas (11%) et la Slovaquie (13%) font partie des bons élèves. Les données de 27 pays ont été utilisées dans le cadre de cette étude.

Alors que la sécurité de l’internet français fait pâle figure, il est tout de même bon de souligner que sa perméabilité s’améliore. En 2010, 31% des internautes français étaient confrontés à des virus en ligne. En 2015, ils n’étaient que 21%, ce qui reflète un net progrès.

La problématique du vol des données personnelles est plus délicate. Elle nuit à la confiance des internautes, ce qui constitue un frein à l’e-commerce. Selon l’étude, c’est à cause de ce risque qu’un Français sur cinq a refusé de réaliser un achat en ligne l’année dernière.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 : des milliers de connexions vers des serveurs Microsoft à votre insu !
Article suivantGTC4 Lusso : la remplaçante de la Ferrari FF se dévoile avant Genève

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here