Sécurité : les portables comme nouveaux terrains de bataille

Avec l’explosion du nombre de cyberattaques qui vise les portables, le secteur de la mobilité devient le nouveau terrain de bataille des cybercriminels.

Maintenant que les smartphones et autres tablettes numériques deviennent de plus en plus populaires auprès des utilisateurs, il est tout à fait normal que ces portables deviennent la cible des cybercriminels. Si les attaques sont pour le moment relativement rares, leur nombre ne cesse de croitre au point d’affirmer que la cybercriminalité sur mobiles est en train de vivre une véritable explosion.

Si nos smartphones et tablettes numériques ne sont pas encore autant menacés que nos PC, la menace n’est pas à prendre à la légère avec déjà l’apparition des premières attaques. D’ailleurs, selon le cabinet Juniper, de mars 2012 à mars 2013, le nombre de programmes malveillants détectés sur des appareils mobiles connectés à internet a explosé de 614% !

Avec près de 75% du marché, Android de Google est le principal système d’exploitation mobile du marché, mais aussi la principale cible des cyberattaques avec 92% des attaques, des attaques provenant souvent de Chine et de Russie. Étant connectés à internet, mais aussi aux réseaux d’entreprise, ce sont également des attaques plus sophistiquées qui voient le jour, comme le vol d’informations sensibles, tant privées que professionnelles.

Cette tendance déjà alarmante n’est pourtant que les prémices de ce qui risque d’arriver dans les mois et années à venir si les éditeurs de système d’exploitation mobile ne mettent pas la sécurité au cœur de leur préoccupation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentJeux vidéo : l’optimisme est de mise
Article suivantMobilité : le marché des téléphones mobiles poursuit son fléchissement en Europe

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here