Sécurité routière : l'Allemagne pour se mettre à la boîte noire

Au même titre qu’une boîte noire enregistre les données de vol d’un avion, une boîte noire pourrait prochainement équiper les voitures, c’est en tout cas ce qui se discute en Allemagne.

En cas de crash aérien, les données de la boite noire de l’avion sont souvent primordiales pour comprendre les causes de l’accident. C’est dans cette logique qu’une boite noire adaptée aux voitures pourrait fournir de plus amples explications sur les causes réelles des accidents de la route.

Si ce projet peut à priori sembler utopique, l’agence Reuters cite une source proche de ce dossier qui affirme que l’Allemagne est en pleine discussion au sujet de « l’implantation éventuelle de boîte noire dans les voitures ».

De fait, l’implantation d’une boîte noire permettrait aux conducteurs, mais aussi aux compagnies d’assurances, d’obtenir de réelles informations sur les causes d’un accident, donc d’identifier les responsabilités, ce qui pourrait être un indéniable plus.

Alors que la Russie a décidé d’équiper ses véhicules de caméras pour filmer en continu la route, ce qui permet de reconstituer les accidents, l’approche allemande est donc différente. Mais avant que les boîtes noires débarquent dans les voitures allemandes, il faudra encore du temps vu que le concept doive encore être peaufiné, surtout qu’il sera nécessaire que tous les constructeurs se mettent d’accord sur certaines normes, notamment aussi sur comment récupérer ces précieuses données.

Boîte noire en Allemagne : un nouveau dispositif dans les autos
Boîte noire en Allemagne : un nouveau dispositif dans les autos

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLauncher Android : Jolla lance un appel aux testeurs
Article suivantNeutralité du NET : le coup de pied dans la fourmilière de Canal+

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here