Selon l’INSEE, l’économie française s’est mieux portée que prévu en 2015

L’INSEE a revu à la hausse la croissance de l’économie française pour 2015. Alors que la croissance annoncée précédemment était de 1,1%, elle a été revue à la hausse à 1,2%. L’annonce a été faite ce vendredi.

Pour expliquer cette hausse, l’INSEE précise que ce relèvement est dû « à de légères révisions des différents agrégats utilisés pour calculer le produit intérieur brut (PIB) ». L’estimation de 0,3% pour le quatrième trimestre reste par contre inchangée.

Il est indiqué que les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 1,4% en 2015, ce qui est nettement plus que les 0,6% enregistré en 2014. Même s’il a ralenti au quatrième trimestre, le pouvoir d’achat des ménages a accéléré sur l’ensemble de l’année dernière en progressant de 1,8% contre 1,1% durant l’année précédente. En passant de 15,1% à 15,4% entre 2014 et 2015, le taux d’épargne a également suivi le mouvement à la hausse.

Par contre, l’investissement des ménages a nettement reculé en 2015 : -2,8%. C’est tout de même un recul moins important qu’en 2014, -5,3%. Du côté des entreprises, les investissements ont progressé de 29,5% à 21% en un an.

Il est à noter que l’impact des attentats de Paris a été moins important que prévu sur les résultats du quatrième trimestre. Alors qu’un recul des dépenses de 0,2% était annoncé, il n’a été que de 0,1%.

Pour finir, les exportations ont augmenté de 6,1% au cours de l’année dernière alors que les importations ont progressé de 6,7%. L’influence du commerce extérieur sur la croissance est de -0,3%.

Après une croissance en France de 0,2% en 2014, le gouvernement tablait sur un objectif de croissance de 1% du PIB pour 2015. Avec 1,2% de croissance de l’industrie française, le but est donc atteint.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’autonomie de l’iPhone SE est nettement meilleure que celle de l’iPhone 6s
Article suivantNous sommes à l’heure d’été, que faut-il savoir ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here