SEO : comment « bien » changer d’hébergeur

Changer d’hébergeur n’est jamais une mince affaire. En si prenant mal, le risque de faire chuter le trafic du site est énorme. Comment faire ?

Que cela soit à cause de raisons techniques, ou pour un changement de plateforme (de WordPress à Blogger ou autres), il arrive certaines fois qu’il faille changer d’hébergeur, avec tous les risques que cela occasionne pour le trafic. Comment faire ?

La première chose est bien évidemment de garder son nom de domaine, ce qui ne va pas empêcher la modification de la structure des URL. Heureusement, grâce aux Google Webmaster Tools, il est possible de facilement détecter les erreurs de redirection, donc de les corriger.

Histoire de minimiser au mieux les impacts négatifs du changement de plateforme, la mise en place de redirections 301 permanentes est inéluctable. Mais au lieu que les utilisateurs tombent sur des erreurs 404, il faut anticiper au maximum toutes les redirections prises en compte par les moteurs de recherche.

Il est certain qu’il peut s’agir d’un travail énorme en fonction de la taille du site, mais c’est la condition saine canonne pour ne pas perdre trop de trafic, car, ne pas mettre en place de redirection 301 signifierait tout simplement qu’il s’agit d’un nouveau site !

D’ailleurs, la grande inconnue en matière va se situer durant le laps de temps entre votre changement d’hébergeur et la prochaine exploration par le Googlebot, Bingbot et autres robots, un temps qui peut ne pas être si négligeable que cela.

Au final, hormis la mise en place de vos redirections, il faudra surtout se fier aux Google Webmaster Tools afin de régulièrement contrôler et corriger les erreurs 404 relatives aux redirections manquantes. Ce n’est qu’en pratiquant de la sorte que vous pourrez espérer retrouver rapidement votre trafic d’avant le changement d’hébergeur.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPharos : place à la dénonciation des contenus internet illicites
Article suivantPourquoi tout le monde télécharge Flappy Bird alors que ce jeu est détesté ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour le tuyau. Pour moi le choix sur le fait de garder ou non son hébergeur est simple. La perfection n’est pas de ce monde et on ne change pas une équipe. Mais pas besoin de s’attarder sur quelque chose qui ne fonctionne pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here