Seul le C4 Cactus Rip Curl devrait égayer le stand Citroën à Genève

À lui seul, le C4 Cactus Rip Curl devrait assurer l’ambiance sur le stand Citroën au Salon de Genève. L’esprit « plage » devrait être au rendez-vous.

Qu’est-ce que Citroën va nous réserver pour le Salon automobile de Genève ? Malheureusement pas grand-chose. La principale nouveauté exposée sera en fait l’édition Rip Curl du C4 Cactus. Cela peut sembler un peu léger, mais il faudra faire avec. Le plus sympa dans l’histoire, c’est que l’ambiance sur le stand devrait être festive en étant dans l’esprit du surf et de la plage.

Pour ceux qui ne le savent pas, il est bon de rappeler que Rip Curl est synonyme de surf depuis 1969, une marque qui est née en Australie, à quelques kilomètres mythiques spot de surf « Cactus Bay ». Dans ce contexte, l’association avec le C4 Cactus semble découler d’une logique irréfutable.

Avec cette finition Rip Curl, le C4 Cactus devient plus baroudeur que jamais avec une version qui devient très expressive, très outdoor par la même occasion. Pour s’en convaincre, il suffit de savoir qu’elle adopte cinq modes (« Standard », « Sable », « Tout Chemin », « Neige » et « Esp Off ») pour comprendre que la voiture est apte à se promener sur tous les terrains. Les nouveaux pneus « Mud & Snow » sont d’ailleurs là pour favoriser les excursions en terrains difficiles.

Ce n’est pas tout, pour accompagner cet esprit baroudeur, Citroën a renforcé la motricité du C4 Cactus Rip Curl en ajoutant les motorisations essence 1.2 PureTech de 110 ch et diesel 1.6 BlueHDi de 100 chevaux, deux blocs qui sont associés à une boîte à vitesses manuelle à 5 rapports. Le modèle a aussi droit à l’aide au stationnement arrière, à l’essuie-glace automatique, au système de navigation, etc.

Les détails au sujet de son prix et de sa commercialisation seront donnés au Salon de Genève. Le C4 Cactus Rip Curl est néanmoins attendu pour cet été à un tarif qui devrait avoisiner les 20 000 euros.

citroen-c4-cactus-rip-curl-05

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGrâce à l’étui de Bookeen, une liseuse peut être rechargée par le soleil
Article suivantLe vaisseau SpaceShipTwo a été présenté par Virgin Galactic

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here