Sexisme caricatural : Rue du Commerce joue la provoc’

Pour créer le buzz, le site Rue du Commerce a décidé de jouer la carte de la provoc’ en lançant une campagne misant sur le sexisme caricatural.

En affichant une énorme cartouche « Attention: site interdit aux femmes ! Le site Rue du commerce a été repensé pour les hommes » sur sa page d’accueil, l’idée du site est de lancer une compagne de communication volontairement axée sur le sexisme caricatural dans le but de créer le buzz, de faire parler du site.

Les marketeurs ont décidé de jouer à fond cette carte en évoquant « 107 cm de plaisir » sur la page des écrans plats, « Rasé de près, rencart assuré » à la rubrique électroménager, la présence d’un faux menu très masculin proposant les rubriques Auto, Sport, Sexy, …, et même une page interdite qui nécessite un mot de passe à récupérer sur le compte Twitter de Rue du Commerce. Cette page propose des photos de jeunes femmes en déshabillés et des mots d’excuse, clés en main pour les hommes qui souhaitent justifier l’achat d’un nouveau jeu vidéo ou smartphone. Tout est tellement gros, que l’humour sous-jacent déborde de partout.

Sur Twitter, Rue du commerce s’applique à faire remonter les commentaires positifs, tout évitant soigneusement de mettre en évidence la déferlante d’insultes et de critiques que suscite cette campagne.

Pour François Momboisse, spécialiste de l’e-commerce et président de la Fédération de la vente à distance, cette campagne est un coup de poker vu qu’elle fait parler du site à quelques semaines de Noël.

Contactée, Sylvie Latour, la directrice générale adjointe du site, confie que cette caricature semble fonctionner avec un nombre de commandes qui a explosé, notamment chez… les femmes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOrange plébiscite la personnalisation du Moto X 32 Go
Article suivantMX-5 Cup : Mazda dévoile son cabriolet course

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here