SFR : tout change, mais rien ne change…

Alors que Bouygues Telecom et Altice/Numericable se sont déjà passablement exprimés sur le rachat de SFR, c’est au tour de l’opérateur de prendre la parole.

Durant tout le processus de négociation, SFR est restée muette alors que Bouygues Telecom et Altice/Numericable se sont passablement exprimés dans les médias. Aujourd’hui, c’est par le biais de Jean-Yves Charlier, PDG de l’opérateur, que SFR sort de son mutisme.

C’est à l’occasion d’une interview accordée au Figaro que Jean-Yves Charlier justifie par exemple le choix d’Altice/Numericable fait sur la base de la complémentarité de leurs offres, mais aussi du réseau fixe de 10 millions de prises qui permet à l’opérateur de désormais devancé Orange dans le très haut débit.

Alors que le gouvernement prône la généralisation de la fibre jusqu’à l’abonné, ce motif semble être suffisant à lui seul, même si la question du choix technologique, entre FTTH et FTTB, est pour le moment éludée. La seule déclaration en la matière, c’est que 12 millions de prises très haut débit d’ici sont prévues d’ici à 2017 et 15 millions d’ici à 2020.

Alors que la marque SFR subsistera pour tout le groupe, Jean-Yves Charlier prévoit que « La guerre des prix va continuer, pendant un certain temps », ajoutant que « Ce n’est pas tenable sur le long terme ».

Dès lors, des alternatives devront être trouvées. Une solution pourrait d’ailleurs provenir de Vodafone, vu que le patron de SFR a profité de cet entretien pour dévoiler un accord très étendu « sur de nombreux points », précisant juste « Par exemple, nos clients professionnels auront un accès au réseau Vodafone partout dans le monde ».

Entre synergie avec Altice/Numericable, guerre des tarifs et alliance avec Vodafone, le message de SFR est donc clair, tout change, mais rien ne change dans un marché en pleine mutation.

Jean-Yves Charlier (SFR) : « la guerre des prix va continuer un certain temps »
Jean-Yves Charlier (SFR) : « la guerre des prix va continuer un certain temps »

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNMC : une berline compacte aux allures de coupé signé Volkswagen
Article suivantMicrosoft prochainement constructeur de smartphones

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here