SFR : enquête de concurrence, 9 mois prévus pour étude

Interviewé par le quotidien, Bruno LASSERRE prévoit 9 mois pour étudier le dossier complexe que le rachat de SFR, selon lui c’est l’option la plus probable sur les deux procédures possibles.

Entre Numéricable et Bouygues qui vient de joindre la course pour éviter de laisser le terrain libre à Numéricable, ça devient corsé, avec une offre plus délicate que celle du dernier sur une vision concurrentielle et un montant élevé prometteur offert pour la filiale de Vivendi.

Les chiffres qui parlent selon des sources proches; offre de Bouygues 10,5 milliards d’euros, en numéraire, et 46% de la fusion Bouygues Telecom et SFR, suivra après une mise en Bourse. La filiale de la société Alice quant à elle offre 11 milliards d’euros cash et 32 % de l’ensemble à Vivendi.

Selon Bruno LASSERRE seront examinés les effets du rachat éventuel comme l’impact sur les prix ou les encouragements à l’investissement et l’innovation de la nouvelle entité et concurrents, seront étudiés également l’impact sur les marchés avoisinant la téléphonie mobile à titre d’exemple téléphonie fixe et médias.

En réponse à une question, sur les préoccupations de l’état quant aux investissements et emplois, Bruno LASSERE y voit une préoccupation fondée, sauf que l’indépendance de l’autorité concernant la concurrence est à respecter tout autant.

Une enquête de concurrence pour le rachat de SFR, 9 mois prévus pour étude
France/SFR : l’enquête de concurrence pourrait prendre 9 mois

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGuerre des brevets : pas d'interdiction contre Samsung
Article suivantCensure : Vine bannit le porno de son service

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here