SFR va devoir partager ses pylônes avec Free Mobile, l’ARCEP l’a ordonné

Il est prévu que les opérateurs partagent leurs pylônes pour éviter leur multiplication inutile. Le problème est que SFR semble visiblement vouloir mettre les bâtons dans les roues de Free Mobile. L’ARCEP a rappelé à l’ordre l’opérateur historique.

Contractuellement, Free Mobile doit tenir ses engagements vis-à-vis de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Pour cela, il doit poursuivre le déploiement de ses antennes. Mais pas question d’ajouter des pylônes supplémentaires n’importe où.

Il est en effet prévu, pour des questions environnementales et d’investissements optimaux, que les opérateurs se partagent les pylônes. C’est justement cette question qui est au cœur d’un litige entre Free Mobile et SFR.

Le quatrième opérateur français reproche en effet à l’opérateur historique d’avoir ralenti la mise à disposition de ses pylônes depuis fin 2014, notamment en refusant sa dernière commande. C’est pour cette raison qu’il a décidé de saisir le gendarme des Télécoms.

L’ARCEP rappelle que les opérateurs doivent partager les pylônes

Dans sa réponse à la plainte déposée par Free Mobile, l’Autorité commence par rappeler les modalités dévolues aux opérateurs. Il est ainsi rappelé qu’ils doivent partager leurs pylônes avec Free Mobile, le dernier venu, « en répondant aux demandes raisonnables d’accès à leur site ».

Justement, c’est une pratique que SFR ne semble vouloir respecter. C’est pour cette raison que l’ARCEP lui a demandé de répondre au quatrième opérateur et d’accepter la commande passée. L’Autorité précise que SFR va être soumise « à un calendrier contraignant de mise à disposition de ses pylônes ».

Dans son communiqué, l’ARCEP souligne que « la mise à disposition des pylônes par SFR, en 2015, se faisait à un rythme insuffisant, tendant à priver de leur portée utile les obligations réglementaires de SFR ».

Pourquoi SFR met-elle les bâtons dans les roues de Free ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent#slipgate : pourquoi cet homme en slip a fait le buzz ?
Article suivantNintendo Direct : qu’est-ce qui sera annoncé ce jeudi 12 novembre ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here