Siding Spring « frôle » Mars sous l’œil des caméras

C’est dimanche dernier, à 18h27 GMT, que la comète Siding Spring a « frôlé » Mars en passant à moins de 136 000 km, un événement suffisamment rare pour que tous les moyens d’observation possibles soient mis en œuvre.

La comète Siding Spring a frôlé la Planète rouge à près de 136.000 km.
La comète Siding Spring a frôlé la Planète rouge à près de 136.000 km.

Il pourrait sembler banal qu’une comète passe près de Mars, comme la comète Siding Spring qui a « frôlé » Mars en passant à moins de 136 000 km, dimanche dernier à 18h27 GMT. Il s’agit en réalité d’un événement rarissime u qu’il se produit une seule fois par million d’années.

Il est donc logique que les agences spatiales aient mis tout en œuvre pour observer au mieux ce passage, notamment dans le but de pouvoir observer sa trajectoire et sa trainée. Si les satellites autour de Mars ont été repositionnés pour éviter les débris de la comète, cela n’a pas empêché que leurs instruments soient pointés vers l’événement, tout comme ceux des robots d’exploration Curiosity et Opportunity. Il ne reste plus qu’à attendre leurs images.

Alors que Siding Spring est « une petite montagne » qui fonce dans l’espace à une vitesse de 56 km/s, 202 000 km/h, sa consistance est « sûrement poudreuse, comme une meringue qui fondrait dans la bouche » explique Carey Lisseun , astrophysicien au laboratoire de physique appliquée de l’université Johns-Hopkins. Il faut dire que cette comète est vraisemblablement composée de glaces très volatiles (monoxyde de carbone ou méthane) qui fondent facilement. Si Siding Spring existe toujours, depuis des milliards d’années, c’est parce qu’elle n’aurait jamais été vraiment soumise à de fortes chaleurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWi-Fi dans les TGV : Axelle Lemaire pousse la SNCF
Article suivantLa marque Nokia disparait de l’univers Lumia

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here