Signature d’un accord entre Bouygues Telecom et Cellnex

Bouygues Telecom et Cellnex annoncent la signature d'un accord portant sur l'exploitation de 3 000 sites télécom en France.

Bouygues Telecom et Cellnex annoncent la signature d’un accord portant sur l’exploitation de 3 000 sites télécom en France.

La demande concernant les sites télécom est en forte croissance en raison des besoins de densification des opérateurs télécoms et du développement croissant des réseaux privés rendu possible par les nouvelles technologies.

Grâce à ses 20 ans d’expérience dans le Mobile et à sa culture de gestion de projet héritée du Groupe Bouygues, Bouygues Telecom dispose d’un vrai savoir-faire dans la recherche de sites, la négociation de baux et la construction des infrastructures nécessaires à leur pleine utilisation.

De son côté, Cellnex présent en France depuis 2016 et disposant d’une forte capacité de gestion et de commercialisation, souhaite profiter des taux d’intérêts bas et du savoir-faire de Bouygues Telecom pour renforcer fortement sa présence en France.

L’accord signé entre Bouygues Telecom et Cellnex porte sur 3 000 sites.

Bouygues Telecom transfèrera progressivement à Cellnex un premier lot de 1 800 sites existants au cours des deux prochaines années, pour un montant total de 500 millions d’euros.

Par ailleurs, Bouygues Telecom et Cellnex construiront ensemble 1 200 nouveaux sites sur les 5 prochaines années, pour un montant total de 354 millions d’euros.

Un contrat de prestations d’accueil et de service signé entre Bouygues Telecom et Cellnex sur 15 ans permettra à Bouygues Telecom de s’assurer du maintien de la qualité et de la capacité d’évolution de son offre Mobile sur le long-terme.

Votes
[Total : 2 votes en moyenne : 1]
PARTAGER
Article précédentFree : lancement de Telekidz, le 1er bouquet TV arabe de chaînes pour enfants
Article suivantSFR propose les forfaits mobile les plus généreux en contenus et en data
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here