Silicon Valley : l’entente « anti-embauche » risque un procès

L’entente « anti-embauche » conclue entre Apple, Google, Intel, Adobe visait à ce que les géants de la Silicon Valley ne débauchent pas les talents des autres, accessoirement de ne pas entretenir inutilement l’inflation de leurs salaires. Une juge vient de douter l’accord à l’amiable conclu entre les parties.

Ce serait à l’instigation du charismatique fondateur d’Apple, Steve Jobs, que les géants de la Silicon Valley avaient conclu un pacte anti-embauche pour ne pas débaucher leurs salariés respectifs et pour ne pas entretenir inutilement l’inflation de leurs salaires.

Par peur du procès, Apple, Google, Intel, Adobe ont conclu un accord avec leurs salariés pour les dédommager de cette entente conclue, un accord qui prévoit le versement de 324 millions de dollars aux 60 000 salariés concernés.

Vendredi dernier, la juge californienne Lucy Koh a dénoncé « la vaste conspiration, un règne de la peur et de la déférence dicté par Steve Job », preuves à l’appui, pour débouter l’accord à l’amiable conclu entre les parties. Pour la juge, le montant des dédommagements n’est pas assez élevé !

Si Apple, Google et Adobe n’ont pas encore commenté cette décision, Intel se déclare d’ores et déjà déçu. Concrètement, cela signifie aussi que les géants de la Silicon Valley devront recommencer les négociations dans le but de débourser plus, au risque que cette affaire débouche sur un procès, ce qu’ils semblent vouloir éviter à l’heure actuelle.

Silicon Valley : l'accord "anti-embauche" jugé caduc
Silicon Valley : l’accord « anti-embauche » jugé caduc

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 6 ? iWatch ? Qu’est qu’Apple présentera le mois prochain ?
Article suivantGalaxy Alpha : sa fiche technique a fuité sur le net

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here