Skarp Laser Razor : un laser pour se raser sans lame !

Avec son Skarp Laser Razor, l’entreprise Skarp Technology va certainement révolutionner le marché du rasage vu qu’il s’agit d’un rasoir sans lame qui utilise un laser pour couper les poils.

L’idée d’utiliser un laser pour se raser n’est pas nouvelle. En 2001, Morgan Gustavsson, l’inventeur de la technologie IPL (Intense Pulsed Light), crée un rasoir sans lame. Ses recherches n’aboutissent pas, notamment en raison de la technologie laser qui n’en étant qu’à ses débuts à l’époque.

Grâce à son nouvel associé, Paul Binun, Morgan Gustavsson arrive à une solution en 2013.

Si la possibilité de couper des poils de couleur foncée avec un laser ne pose pas véritablement problème, le gros problème était que la technologie s’adapte à tous les types de poils, courts ou longs, foncés ou clairs.

C’est en découvrant un chromophore présent dans tous les types de poils que les chercheurs font un grand pas en avant en matière de rasage à l’aide d’un laser. Il suffisait ensuite de trouver une longueur d’ondes capables d’agir sur ce chromophore, donc de couper le poil.

C’est ainsi que deux prototypes sont conçus.

Désormais, le projet en est à son stade de financement sur KickStarter. Alors que 160 000 dollars étaient recherchés, 10 152 contributeurs se sont déjà annoncés pour plus de 1,8 million de dollars. Cela signifie que la production et la commercialisation du Skarp Laser Razor ont une bonne raison de prochainement démarrer.

Hormis de plus égratigner, irriter ou démanger, ce rasage par laser apporte aussi une dimension écologique vu que cette solution élimine le problème des lames difficilement recyclables. De plus, même s’il est possible d’utiliser ce rasoir avec de l’eau, l’eau n’est en soit pas obligatoire.

La seule question environnementale au sujet du Skarp Laser Razor est sa batterie. Ses concepteurs annoncent pour le moment des piles rechargeables AAA et promettent d’autres moyens d’alimentation pour plus tard.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentKelly Brook, Armin van Buuren … ces célébrités qui attirent les internautes sans méfiance
Article suivantApple : ventes record pour le premier weekend de commercialisation de l’iPhone 6S

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here