Skype Translator : Microsoft veut révolutionner les communications

Alors que la barrière des langues est une véritable barrière à la communication, Microsoft compte bien s’en affranchir en proposant son Skype Translator, un projet ambitieux de traduction en temps réel pour Skype.

À l’occasion de la Code conference technology de Rancho Palos Verdes, en Californie, Microsoft a fait une démonstration d’un traducteur vocal « presque » en temps réel permettant à deux personnes ne parlant pas la même langue de pouvoir quand même se comprendre par ordinateur interposé.

Cette démonstration s’est inscrite dans le cadre du projet Skype Translator, un projet ambitieux de traduction en temps réel pour Skype. Selon Satya Nadella, PDG de Microsoft, une version bêta pourrait déjà arriver cette année alors qu’un produit commercial pourrait sortir d’ici 2017.

Si l’arrivée d’un tel produit capable d’abolir les frontières linguistiques va certainement faire débat, notamment pas ses détracteurs qui argumenteront certainement sur l’appauvrissement intellectuel, les possibilités d’un tel système en matière de communication pourraient radicalement modifier nos relations avec d’autres cultures ou drastiquement changer l’enseignement.

Alors que certains participants à cette conférence ont pu essayer cette version, leurs avis sont pour le moment mitigés, considérant que « c’est bon pour les vacances, pas pour les affaires ».

Alors qu’il est certain que des progrès seront encore à faire, la réelle question est de savoir si un tel produit relève d’une réelle utilité. En effet, à l’instar de l’engouement suscité par la sortie de Siri et ses possibilités de reconnaissance vocale, notamment pour écrire des SMS, ce genre de fonctionnalité a rapidement été mis de côté par les utilisateurs. Qu’en sera-t-il d’un tel système de traduction ?

Microsoft veut abolir la barrière de la langue sur Skype
Microsoft veut abolir la barrière de la langue sur Skype

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle peaufine son logo… au pixel près !
Article suivantTwitter : une croissance qui s’essouffle

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here