Smartphone : est-ce que Sailfish OS arrivera percer ?

Anciennement appelé MeeGo, le système d’exploitation abandonné par Nokia s’appelle aujourd’hui Sailfish. Proposé par Jolla est-ce que ce nouveau venu sera capable de faire sa niche face à Android et iOS ?

C’était avant que Nokia noue des liens étroits avec Microsoft et son système d’exploitation Windows Phone que la firme finlandaise travaillait sur le développement de son propre système d’exploitation : MeeGo. L’abandon de MeeGo par l’ancien n°1 des portables est alors à l’origine de la création de Jolla, une société initialement créée à partir d’ingénieurs du projet. Convaincus par le potentiel du projet, ils le poursuivent sous le nom de Sailfish.

C’est ainsi qu’aujourd’hui Jolla propose son premier smartphone équipé de Sailfish un candidat « sérieux » pour s’attaquer au marché des smartphones de haut/milieu de gamme. Ce nouveau venu n’est pour le moment pas encore baptisé. On sait simplement qu’il sera équipé d’un écran tactile de 4,5 pouces, d’une coque bicolore et qu’il devrait être proposé à 399 euros pour une disponibilité au quatrième trimestre.

À en croire Marc Dillon, responsable du développement de Sailfish, ce nouveau système d’exploitation offre plus de flexibilité que l’iOS fermé d’Apple et sera plus ouvert qu’Android de Google qui propose principalement que ses propres services. Il ne reste maintenant plus qu’à savoir ce qu’il va advenir de ce nouveau venu face aux poids lourds du marché que sont iOS et Android alors même que les autres concurrents, comme Windows Phone 8 ou BlackBerry 10, souffrent le martyre pour tenter de percer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOrange : pas de limitation par heure pour la 4G
Article suivantWindows 8 : pourquoi son adoption est pire que Vista ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here