Son smartphone comme permis de conduire ? Le Royaume-Uni y travaille

Alors que les smartphones servent à faire de plus en plus de choses, pourquoi ne pourraient-ils pas servir de permis de conduire ? Cette idée n’est pas si farfelue que cela vu que les États de l’Iowa (États-Unis) et de Nouvelle-Galles du sud (Australie) ont déjà franchi ce cap. Reste à savoir si cette idée arrivera un jour jusqu’en Europe. Pour l’heure, le Royaume-Uni travaille sur ce projet.

Oliver Morley, le directeur de la Driver and Vehicle Licensing Agency (DVLA) britannique, vient en effet de présenter le prototype d’un permis de conduire digital. C’est sur Twitter qu’il a dévoilé une image montrant un permis digitalisé stocké dans l’Apple Wallet, une application portefeuille qui sert déjà à stocker les données des cartes bancaires des utilisateurs, mais aussi les cartes de fidélité, les billets d’avion, etc.

Dans sa présentation, Olivier Morley précise que ce permis de conduire numérique ne remplacerait pas la carte plastique, mais serait plutôt un complément. Cela semble être une étape logique tant les habitudes actuelles consistent à mettre son mobile dans sa poche plutôt que son permis de conduire. Un autre avantage du permis de conduire digital est qu’il serait potentiellement plus facile à modifier en cas de nécessité, notamment lors d’un changement d’adresse.

Pour l’heure, il est bon de préciser qu’il n’est pas encore possible de présenter son smartphone en tant que permis de conduire au Royaume-Uni. Le projet n’en est encore qu’au stade du prototype. Les questions qui restent traitent bien évidemment de la sécurité avec la nécessité que ce document numérique soit infalsifiable. « La sécurité a déjà franchi une étape importante en s’adaptant aux paiements numériques sur téléphone, de sorte que le cadre est déjà en place pour d’autres applications sécurisées comme un permis de conduire », commente Ben Wood, un expert en sécurité interrogé par la BBC sur cette question.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne École 42 au cœur de la Silicon Valley, c’est le projet de Xavier Niel
Article suivantÀ l’origine, il y avait une étoile, des planètes et des comètes…

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here