Snapchat devient freemium

L’application Snapchat a toujours été gratuite. Avec l’arrivée du replay optionnel payant, elle devient l’équivalente des jeux freemium.

Snapchat a été lancé en 2011. Il s’agit d’une application mobile de messagerie d’un nouveau genre vu qu’elle promet à ses utilisateurs de détruire les messages envoyés quelques secondes après avoir été lus.

C’est ainsi que, selon une étude, Snapchat séduit principalement les jeunes.

L’autodestruction des messages, photos et vidéos a incité beaucoup d’adolescents à utiliser Snapchat pour envoyer des sextos, des messages à caractère sexuel.

Depuis décembre 2013, le caractère éphémère de Snapchat en a pris un coup, lorsque le service a introduit le replay pour revoir un message déjà vu, et cela une fois par jour.

Les différentes applications tierces, interdites, capables de stocker les snaps ont aussi contribué à mettre en péril le caractère éphémère des snaps.

Aujourd’hui, Snapchat fait évoluer son modèle économique. Alors que l’entreprise, qui vaut 16 milliards de dollars, n’est toujours pas rentable, elle a décidé de modifier son modèle financier.

Alors que ses maigres revenus proviennent de la publicité, Snapchat propose désormais toujours gratuitement son application, mais avec des fonctionnalités payantes.

Au niveau fonctionnalité, rien de nouveau en fait. C’est juste l’option replay qui évolue. Une utilisation par jour reste gratuite. Par contre, il est possible d’en avoir plus moyennant paiement, à savoir 0,99 dollar pour trois replays supplémentaires, 2,99 dollars pour 10, ou 4,99 dollars pour 20.

Précision importante, un snap ne pourra toujours être revu qu’une seule et unique fois.

Est-ce que le passage au mode freemium va permettre à Snapchat de dégager des revenus ? Peut-être… Il est tout de même bon de rappeler que l’entreprise a refusé une offre de rachat de trois milliards de dollars faite par Facebook.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGFXBench dresse une fiche technique du Nexus 6 de Huawei
Article suivantFaut-il passer à iOS 9 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here