Snapchat : une concurrence à coups de milliards de dollars

Avec quelque 350 millions de contenus postés quotidiennement, Snapchat a de quoi faire des envieux au point que Facebook en proposerait un milliard de dollars. Pourtant, valorisée à hauteur de 3,6 milliards de dollars, le réseau social continu voguer seul.

Principalement utilisé par les jeunes, Snapchat est un réseau social qui permet de partager des photos et des vidéos avec une liste d’amis. Créé en 2011, Snapchat n’existe qu’en version mobile, pour iOS et Android. Mais la principale originalité de Snapchat est que les contenus partagés ne sont disponibles que durant un court moment sur la plateforme, une fois ouvert par le destinataire, ils disparaissent.

Avec 350 millions de contenus postés quotidiennement aujourd’hui, contre seulement 200 millions en juin dernier, la plateforme est en train de vivre une croissance rapide, notamment en récupérant les utilisateurs qui se détournent de Facebook. Ce n’est donc pas pour rien que Snapchat fait des envieux, à commencer justement par Facebook qui aurait proposé un milliard de dollars.

Pourtant le fondateur de Snapchat n’a pas cédé à l’appel des dollars, enfin pas à ceux de Facebook. Il faut dire que le réseau social n’a pas besoin de ça pour le moment, il a déjà réussi à lever sans difficulté 60 millions de dollars lors d’un tour de table organisé il y a seulement quatre mois, ce qui valorisait la société à 800 millions de dollars, mais qu’un nouveau tour de table serait en préparation pour une valorisation à 3,6 milliards de dollars !

Il faut préciser que Snapchat ne répond pour le moment à aucun modèle économique, c’est-à-dire ne gagne pas un centime, mais cela n’empêche visiblement pas les investisseurs d’y croire. Et vous, vous croyez dans l’avenir de Snapchat ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOS X Mavericks – FastMail : une compatibilité IMAP qui dégénère en générateur de spams
Article suivantChrome OS : des Chromebook aux tablettes numériques ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here