SNCF : des robots Pepper pour renseigner les voyageurs

Trois gares dans les Pays de la Loire ont droit à un robot Pepper. Ces robots humanoïdes sont là pour renseigner les voyageurs. L’expérience pourrait être élargie en cas de succès.

La SNCF vient de lancer une expérience dans les gares de Nort-sur-Eirdre, de Saumur et des Sables-d’Olonne, dans les Pays de la Loire. Elle consiste à mettre un robot humanoïde Pepper à disposition des voyageurs pour les renseigner.

Pepper est un robot humanoïde d’environ un mètre de haut. Il est doté de plusieurs microphones, de caméras 3D, d’un haut-parleur, d’un système de reconnaissance vocale, ainsi que d’une tablette. Très important pour être au service des voyageurs, il comprend le langage naturel. Il peut ainsi écouter les questions et répondre en affichant un itinéraire, en donnant un horaire, ou encore en indiquant le chemin des toilettes ou la direction de l’accueil, de la billetterie, etc.

En lançant cette expérience, la SNCF s’est voulue rassurante. Elle a clairement indiqué que ces robots n’ont pas vocation de remplacer des agents réellement humains. Elle indique aussi que, si le test est concluant, l’expérience pourrait être étendue à d’autres gares à partir de l’année prochaine.

Construits par la société Aldebaran, les robots Pepper sont déjà très utilisés au Japon. Ils arrivent maintenant en Europe. La SNCF n’est pas la seule entreprise intéressée. Carrefour a aussi l’intention de le mettre de l’utiliser dans certains de ses hypermarchés. Bien que cela soient encore des phases de test, il faudra que l’on s’habitue progressivement à leur présence.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÉnergie renouvelable : une action de Greenpeace à l’Arc de Triomphe stoppée par la police
Article suivantPluton comme vous ne l’avez jamais vu : des images haute résolution de New Horizons

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here